Ce jour, quatrième dimanche de Pâques, nous faisons mémoire du Paralytique et célébrons un tel miracle comme il se doit.

A la piscine Probatique
le Christ, en sage médecin,
a guéri le Paralytique
par son seul verbe souverain.

Ce miracle a été placé ici parce que le Christ L'a fait au temps des Cinquante Jours, la Pentecôte hébraique. Monté à Jérusalem pour la fête, Il se rendit à la Piscine aux cinq portiques, édifiée par Salomon et appelée égalernent Piscine Probatique, parce que c'est là qu'on lavait les entrailles des brebis immolées en sacrifice dans le Temple. C'est là aussi que se trouvait guéri le premier qui entrait lorsque l'eau était agitée par l'Ange une fois l'an. le Christ trouve donc là un homme de trente-huit ans, qui gît dans l'attente que quelqu'un le mette à l'eau. Par là nous apprenons quel bien sont l'endurance et la patience. Et, puisqu'il devait nous donner un baptême capable de laver toute faute, Dieu a montré dans l'ancienne Alliance que des miracles pouvaient être produits par l'eau, afin que, lorsque viendrait le Baptême, on fût enclin à le reœvoir. Jésus s'approche donc de ce Paralytique, appelé Jaros ou de quelque nom approchant, et l'interroge. Celui-ci Lui expose le fait qu'il n'a personne pour l'aider. Et Jésus, sachant à quel point cet homme est consumé par l'infirmité, lui dit: "Prends ton grabat et marche" Aussitôt il recouvre la santé et, prenant sa couche sur ses épaules, afin que cela ne paraisse pas une illusion, il marche jusque chez lui. Mais comme c'est le sabbat, les Juifs l'empêchent de faire cette marche. Lui, il se retranche derrière Celui qui l'a guéri, puisqu'Il lui a dit de marcher un jour de sabbat ; toutefois il ne sait pas qui Il est. Car Jésus, dit l'Evangile, avait disparu dans la foule qui se pressait en ce lieu.

Plus tard, Jésus le trouva dans le Temple et lui dit : «Te voilà guéri, ne pèche plus désormais, de peur qu'il ne t'arrive plus grande infirmité !» Ceux qui rapportent ces paroles du Christ ont ornis de dire que cet homme fut justement celui qui plus tard devait donner un soufflet à Jésus lorsqu'il comparut devant le grand prêtre Caïphe : il devait donc trouver en l'au-delà, dans le feu étemel, une épreuve plus terrible que la paralysie et être châtié non pas trente-huit ans, mais pour l'étemité. Ainsi le Seigneur a bien montré que l'infirmité de la paralysie lui était arrivée à cause de ses péchés. Cependant toute maladie ne vient pas du péché, elle peut provenir d'une cause naturelle, que ce soit la gloutonnerie ou le manque d'appétit, ou pour bien d'autres raisons. Or le Paralytique, ayant appris que c'était Jésus qui l'avait guéri, l'a fait savoir aux Juifs. Et ceux-ci, incités à le punir, cherchaient à faire mourir le Christ, parce qu'il avait violé le sabbat. Jésus eut de nombreuses discussions avec eux, soutenant qu'il est juste de faire du bien même le jour du sabbat ; qu'Il était Lui-même, étant l'égal du Père, Celui qui avait demandé d'observer le sabbat; et qu'à Son exernple Il agissait encore.

Il faut savoir que ce paralytique est différent de celui qui nous est présenté en Matthieu, car cela se passe à l'intérieur, qu'il y a des gens pour l'aider et que Jésus lui dit seulement: «Tes péchés te sont remis !» Le miracle qui nous occupe s'accomplit au Portique de Salomon, et l'infirme n'a personne pour l'aider, comme dit le Saint Evangile. Dans les deux cas cependant il porte son grabat.

La guérison est fêtée à ce mornent parce qu'elle a été opérée durant la période des Cinquante Jours, de même que la conversion de la Samaritaine et la guérison de l'Aveugle. Thomas et les Myrophores, nous les fêtons pour confirmer la Résurrection du Christ d'entre les morts ; les autres événements, jusqu'à l'Ascension, sont là parce qu'ils se sont produits à diverses occasions durant le ternps des Cinquante Jours, la Pentecôte hébraïque ; et parce que Jean les mentionne à peu près dans cet ordre.

Cette vie de Saints est tirée du :
"Triode de Carême", Diaconie Apostolique 1993