Le 4 aout, nous célébrons la mémoire des SEPT DORMANTS d'ÉPHÈSE : MAXIMILIEN, EXACUSTODIEN, JAMBLIQUE, MARTINIEN, DENYS, ANTONIN et CONSTANTIN (ou Jean)1

L'empereur Dèce (250), venu d'Occident, étant parvenu à Éphèse, donna l'ordre à toute la population de se réunir dans les temples pour offrir des sacrifices aux dieux. Le troisième jour des fêtes organisées à cette occasion, l'empereur ordonna d'arrêter tous les Chrétiens. Les juifs et païens de la ville prêtèrent main forte aux soldats pour traîner tous les fidèles qu'ils trouvaient sur la place publique, afin de les contraindre à sacrifier. Beaucoup cédèrent devant la perspective des tortures, tandis que ceux qui refusaient de se soumettre étaient mis à mort sans pitié. Devant ces démonstrations de cruauté, Maximilien, le fils du préfet de la ville et six autres jeunes gens des familles les plus renommées, qui servaient comme cadets dans l'armée2 s'affligeaient et versaient des larmes, plus encore pour la perte des âmes des apostats que pour les souffrances des Martyrs. Chaque fois qu'on annonçait la célébration d'un sacrifice, ils se retiraient dans l'église pour y prier; mais cette attitude n'échappa pas à l'observation des païens, qui allèrent les dénoncer à l'empereur. Les yeux encore pleins de larmes et chargés d'entraves, ils furent traînés au palais. Maximilien prit la parole au nom de tous, pour répondre à l'empereur qui les interrogeait sur la raison de leur insubordination: « Nous avons, dit-il, un Dieu, dont la gloire remplit le ciel et la terre, et nous lui offrons le sacrifice secret de notre confession de foi et de nos prières continuelles! »

Dèce, courroucé, commanda de leur arracher leurs ceintures, signe de leur dignité, et, feignant de les prendre en pitié, il les fit débarrasser de leurs liens et leur donna quelques jours pour réfléchir, tandis qu'il serait absent de la cité.

Après s'être concertés, les sept jeunes gens décidèrent d'aller se cacher dans une vaste grotte située à l'orient de la ville, afin de s'y préparer, dans la quiétude et la prière, à comparaître de nouveau devant le tyran. Pendant les jours qu'ils passèrent dans cette retraite, Jamblique, le plus jeune d'entre eux, se chargeait de l'approvisionnement et descendait pour cela de temps en temps en ville.

Dès son retour à Éphèse, Dèce ordonna de faire comparaître les prisonniers Chrétiens pour leur proposer de sacrifier aux idoles. Apprenant cette nouvelle, les sept jeunes gens redoublèrent leurs prières. Ils dépensèrent alors tant d'efforts que, le soir venu, ils s'assirent pour prendre le pain apporté par Jamblique et s'endormirent, accablés de sommeil. Par la providence de Dieu, ils rendirent ainsi leur âme, la prière aux lèvres.

Furieux de ne point retrouver les jeunes Chrétiens, Dèce fit interroger leurs parents qui révélèrent l'endroit de leur cachette, et il envoya deshommes avec ordre de boucher l'entrée de la grotte, pour que les Saints y meurent étouffés. Les fonctionnaires chargés de cette tâche, Théodore et Barbos, qui étaient Chrétiens en secret, exécutèrent l'ordre à contre coeur, puis ils firent graver le récit du Martyre des sept jeunes gens sur des plaques de plomb placées dans un coffret qu'ils cachèrent à proximité.

Environ deux cents ans plus tard, sous le règne de Théodose le Jeune (vers 446), une hérésie niant la résurrection des morts vint à déchirer l'Église. Suscitée par l'Evêque d'Aigai, Théodore, cette opinion entraînait de nombreuses âmes à la perdition, si bien que le pieux empereur Théodose suppliait Dieu avec larmes de manifester la vérité. C'est alors que le propriétaire du terrain où se trouvait la grotte des Sept Martyrs, un certain Adatios, décida d'y construire un enclos pour ses troupeaux. Comme il extrayait des pierres, il dégagea l'entrée de la grotte, et aussitôt les sept jeunes gens reprirent vie, comme s'ils s'étaient endormis la veille, sans avoir du tout changé ni avoir souffert de ce long sommeil. Leur conversation revint immédiatement à la persécution et à la perspective du sacrifice public ordonné par Dèce. Maximilien prit la parole, disant: « Allons, mes frères, que Dèce nous prenne! Tenons-nous donc vaillamment devant les persécuteurs, et ne trahissons pas notre foi par lâcheté. Toi, Jamblique, prends ces pièces de monnaie, et va en ville acheter du pain. Prends-en un peu plus qu'à l'ordinaire, car nous avons bien faim, et profites-en pour apprendre ce qu'il en est des recherches que l'empereur fait à notre sujet. » Parvenu à l'entrée de la ville, Jamblique fut tout d'abord stupéfait de voir le signe de la Croix sur toutes les portes. Ne reconnaissant plus ni les gens ni les bâtiments, il se demanda s'il rêvait ou s'il était entré dans une autre ville. Au marché il acheta du pain, mais quand il présenta sa monnaie au boulanger, celui-ci le considéra avec attention et lui demanda s'il n'avait pas trouvé un vieux trésor, car ces pièces portaient l'effigie d'un empereur d'autrefois. A ces mots, Jamblique se mit à trembler de peur, et, pensant qu'on allait le livrer à l'empereur, il voulut prendre la fuite. Mais les commerçants le retinrent et menacèrent de le tuer s'il ne partageait pas avec eux son trésor, et lui attachant une corde au cou, ils le traînèrent sur l'agora. À ce moment la troupe rencontra le proconsul qui se rendait chez l'Evêque Étienne. Informé de la raison de cette agitation, le magistrat demanda à Jamblique comment il avait trouvé ce trésor et où il le cachait. Le jeune garçon répondit qu'il n'avait rien trouvé, mais qu'il tenait ces pièces de monnaie de ses parents. Comme on le questionnait sur sa patrie et sa parenté, il répondit: « Je suis d'ici, si cette ville est bien Éphèse, et mes parents sont un tel et une telle. » Ces noms étant inconnus du proconsul et de plus inaccoutumés, il se mit en colère et accusa Jamblique de vouloir le tromper, alors que ces pièces, vieilles de deux cents ans, témoignaient bien qu'il avait trouvé un trésor. Jamblique, tomba à ses pieds et le supplia de lui révéler où se trouvait l'empereur Dèce. Quand on lui eut répondu que ce dernier était mort depuis de longues années, il proposa au proconsul de le suivre jusqu'à la grotte, afin de lui montrer qu'il était bien parti s'y réfugier avec ses compagnons pour échapper à la persécution de Dèce. Le proconsul, accompagné de l'Evêque et d'une foule nombreuse, se rendit donc à la grotte, où l'on découvrit les tablettes de plomb portant les noms des Saints jeunes gens. Tous reconnurent la vérité du miracle et poussèrent des cris d'actions de grâces. Le proconsul et l'Evêque écrivirent ensuite à l'empereur Théodose que la manifestation miraculeuse de ces sept jeunes gens morts depuis longtemps était une preuve manifeste de la résurrection des corps. L'empereur se précipita à Éphèse, rendit visite aux Saints enfants et baigna leurs pieds de ses larmes. Après avoir longuement parlé de leur histoire au souverain et aux Evêques présents, Maximilien et ses compagnons s'affaissèrent doucement à terre et s'endormirent définitivement du sommeil de la mort. Théodose donna l'ordre de confectionner sept sarcophages d'or et d'honorer les Saints jeunes gens par de grandes fêtes, auxquelles il convia tous les habitants d'Éphèse, riches et pauvres. Mais la nuit suivante, les Saints lui apparurent pour lui demander de laisser leurs corps à même la terre dans leur grotte, en attente de la résurrection3.

1. Les Ménées les commémorent également, avec un office, le 22 oct.
2. Dans les versions les plus anciennes, ils apparaissent comme de jeunes soldats, mais par la suite ils furent présentés comme des enfants, spécialement dans la tradition iconographique.
3. La grotte des Sept Dormants, identifie traditionnellement à celle où Ste Marie Madeleine rendit l'âme, devint un célèbre lieu de pèlerinage. Leur culte s'étendit à tout le monde Chrétien, et se retrouve même dans la tradition islamique.