Le 14 février, mémoire du Saint Nouveau-Martyr NICOLAS de CORINTHE, martyrisé à Constantinople, en 1554

Resté orphelin à l'âge de douze ans, Nicolas avait quitté Psari (Ichtys), son village natal, près de Corinthe, pour devenir serviteur d'un marchand de Sylivrie. Marié et père de famille, il exerça par la suite la profession de commerçant, en ayant soin de suivre fidèlement les commandements du Christ. Certains de ses concitoyens turcs, jaloux de sa réussite commerciale, l'accusèrent faussement d'avoir injurié Mohamed. Présenté au tribunal, il confessa courageusement le Nom du Christ et fut livré à la fustigation, puis jeté en prison tout ensanglanté. Comme il persévérait dans sa confession de la Vraie Foi, on le promena à travers la ville, revêtu d'une simple paillasse et chargé d'une lourde chaîne, puis on le conduisit jusqu'à l'hippodrome, où l'on avait allumé un grand bûcher. Au lieu de le jeter directement dans le feu, les bourreaux lui brûlèrent petit à petit certaines parties du corps. Après avoir résisté debout, pendant un long moment, à ces horribles souffrances, le Saint finit par s'incliner vers le sol. Son bourreau tendit alors la chaîne qui était attachée à son cou et lui trancha la tête. Celle-ci fut acheté par un Chrétien et se trouve, jusqu'à nos jours, au Monastère de la Transfiguration des Météores, où elle accomplit quantité de Miracles.