Le 25 février, mémoire du Saint Hiéromartyr REGINOS, Evêque de SKOPELOS, mort par le glaive


Né à Lébadia, en Béotie, vers la fin du IIIe siècle, de parents chrétiens, qui lui inculquèrent l'amour de la vertu et le zèle pour la vérité, Saint Réginos fit fructifier avec abondance la Grâce du Saint-Esprit, de sorte qu'il devint célèbre dans tout l'archipel des Cyclades et le reste de la Grèce.

Lorsque l'Evêque de Skopelos vint à mourir, il fut choisi comme pasteur par tout le peuple enthousiaste. Comme l'hérésie arienne continuait de sévir après le Concile de Nicée (325), on réunit un nouveau concile à Sardique (Sofia, en Bulgarie), en 343, au cours duquel Saint Réginos se distingua par son habileté à réfuter les hérétiques.

Une fois confirmée la Vraie Foi sur la divinité du Fils de Dieu, il retourna dans son diocèse; mais il ne put jouir bien longtemps de la paix, car, Julien l'Apostat ayant déclenché sa persécution contre les Chrétiens (361), le préfet de l'Hellade parvint un jour dans l'île de Skopelos pour arrêter l'Evêque et les fidèles en vue. Tel le fer qui, soumis au feu et frappé sur l'enclume, fait jaillir tout autour des étincelles, ainsi le Saint resplendissait sous les supplices et encourageait les Chrétiens à tenir ferme dans la Foi. Constatant qu'il ne pourrait pas le fléchir, le magistrat le fit finalement décapiter, le 25 février 362.

Ses Reliques furent par la suite transférées en Chypre, et ce n'est qu'au XIXe siècle que les fidèles de Skopelos purent en récupérer quelques fragments.