Le 5 octobre, mémoire de la Sainte Martyre CHARITINE

Saint Charitine, esclave d'un maître nommé Claudius, vivait sous l'empereur Dioclétien et le comte Domitius (vers 290). Ayant entendu parler d'elle, le comte écrivit à son maître de la lui envoyer pour examiner si elle était chrétienne. Claudius ne pouvait douter de l'issue de cet examen et tout affligé de la perte de Charitine, il se revêtit d'un sac et la pleurait amèrement. Mais Charitine, pleine de la joyeuse assurance des disciples du Seigneur, le consolait en disant: «Mon maître, réjouis-toi au lieu de t'affliger, car je vais être offerte en sacrifice agréable à Dieu pour mes péchés et pour les tiens». Il lui répondit: «Servante de Dieu, souviens-toi de moi dans le Royaume céleste», puis il l'envoya auprès du comte. Conduite devant le tribunal consulaire, la jeune fille ne se laissa pas impressionner et confessa audacieusement le Christ. Pour lui faire honte, on lui rasa les cheveux; mais aussitôt, par l'effet d'une puissance divine, il lui repoussa une abondante chevelure. Puis on lui écorcha la peau de la tête et on y appliqua des charbons ardents. On lui enfonça des broches brûlantes dans la poitrine, on lui brûla les côtes avec des torches, puis on la jeta à la mer avec une lourde pierre attachée au cou. Mais, à nouveau miraculeusement délivrée, elle réapparut devant le comte pour lui montrer que la foi des Chrétiens est plus forte que toutes les tortures qu'il pouvait inventer. Après lui avoir fait subir de nouveaux tourments, on décida de l'outrager en la livrant à une maison de prostitution; mais la Sainte pria le Seigneur de lui épargner cette épreuve, et rendit ainsi son âme à Dieu. Ses Saints restes furent jetés à la mer, mais ils échouèrent miraculeusement sur le rivage. Claudius son maître les récupéra et les ensevelit pieusement.