Ce samedi de la semaine des laitages, nous faisons mémoire de tous les Saints,
hommes et femmes, qui ont brillé par leur ascèse

Aux âmes des Ascètes en mémoire éternelle
j'apporte en libation ma louange immortelle.

toussaintaaaProgressivement, les Pères théophores nous ont instruits grâce aux fêtes précédentes, ils nous ont rendus prêts pour le stade, nous ont éloignés de la jouissance et de la satiété, nous ont inculqué la crainte du jugement à venir, et maintenant, nous purifiant de la viande par cette semaine de la Tyrophagie, ils y ont aussi placé adroitement ces deux jours de jeûne (le mercredi et le vendredi), afin de nous introduire peu à peu dans le carême. Et voici qu'ils insèrent également tous ceux, hommes et femmes, qui ont vécu saintement, dans le monachisme ou l'ascèse, à travers nombre de peines et d'exploits, afin de nous rendre plus fermes, en vue du stade, par la mémoire des combats qu'ils ont menés, en nous livrant leurs Vies comme exemple et comme guide, et afin que, nous étant procuré leur alliance et leur secours, nous soyons équipés pour les combats spirituels, considérant qu'eux aussi appartiennent à la même nature que nous. Comme les stratèges d'armées rangées en ligne de bataille et se faisant déjà face exhortent leur propre armée par des discours et des exemples, et par le souvenir des anciens qui ont bien combattu et montré de la vaillance, au point que les soldats, encouragés par l'espérance de la victoire, s'engagent de toute leur âme dans le combat, de même font à présent les Pères Théophores, en toute sagesse : avant les combats spirituels, ils encouragent les hommes et les femmes en se servant de ceux qui ont vécu dans l'ascèse, et c'est ainsi qu'ils nous entraînent vers le stade du Carême, afin que, découvrant devant ces modèles combien peu facile fut leur vie, nous pratiquions les diverses et multiples vertus, selon qu'à chacun il en est donné le pouvoir, en premier lieu la charité, puis le renoncement volontaire aux œuvres et actions mauvaises, et enfin le jeûne lui-même, qui n'est pas seulement s'abstenir de nourriture, mais aussi de la langue, des yeux, de l'irritation, en un mot, s'abstenir de tout mal et s'y rendre étranger. C'est la raison pour laquelle les Saints Pères ont placé ici la présente mémoire de tous les Saints, en produisant devant nous ceux qui ont été agréables à Dieu par le jeûne et par les autres œuvres belles et bonnes ; par leur image, ils nous poussent, devant le stade des vertus, à nous armer, nous aussi, généreusement contre les passions et les démons ; et, en quelque sorte, nous représentant que, si nous déployons nous aussi un zèle égal au leur, rien ne nous empêchera de faire ce qu'ils ont fait eux-mêmes et de mériter les mêmes honneurs, puisqu'ils ont appartenu à la même nature que nous.

aaaEn ce qui concerne la Tyrophagie, certains disent que la semaine des laitages a été instituée par l'empereur Héraclius et qu'auparavant c'était une semaine où l'on mangeait de la viande : comme il était en campagne depuis six ans contre Khosroès et les Perses, il promit à Dieu que, s'il lui donnait de l'emporter sur eux, il changerait cela et qu'il établirait une semaine entre le jeûne et la satiété ; ce qu'il fit. Quant à moi, je pense que, même si cela est arrivé ainsi, de toute façon elle a été conçue par les Saints Pères comme une purification préalable, afin que nous ne souffrions pas le désagrément de passer tout de suite de l'usage des viandes et de la satiété à la plus stricte abstinence ; autrement, nous faisons du tort au fonctionnement de notre corps. Tandis qu'en renonçant peu à peu et progressivement aux nourritures grasses et savoureuses, comme des chevaux fougueux soumis a une réduction de la nourriture, nous acceptons plus volontiers le frein du jeûne. Et comme ils l'ont fait pour l'âme en se servant des paraboles, ils l'ont imaginé aussi pour le corps en ôtant petit à petit les obstacles au jeûne.


Par les prières de tous les saints Ascètes, ô Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Amen.

Cette vie de Saints est tirée du :
"Triode de Carême", Diaconie Apostolique 1993