Le 7 août, mémoire de notre vénérable Père NICANOR le Thaumaturge, qui a brillé dans l'ascèse sur le Mont CALLISTRATE.

Notre Saint et vénérable Père Nicanor naquit à Thessalonique (1491), de parents pieux et fortunés qui, étant restés stériles pendant de longues années, obtinrent cet enfant à la suite d'une apparition miraculeuse du grand-Martyr Mènas. Ils lui assurèrent une éducation soignée, lui inculquèrent l'amour des Saintes Écritures et nourrirent en son âme un zèle ardent pour la vertu. Devenu orphelin, le Saint en profita pour distribuer ses biens aux pauvres et il reçut l'Habit angélique sous le nom de Nicanor. Bien qu'il demeurât encore chez lui, il se livrait à de grands labeurs ascétiques pour se revêtir de la panoplie des saintes vertus, à l'imitation des Pères théophores, et il passait presque toutes ses nuits en prière, les mains levées vers le ciel, comme Moïse. Admirant ses vertus, l'Evêque l'ordonna, malgré lui, Diacre puis Prêtre et lui confia la responsabilité de l'ordonnance des Offices liturgiques dans la cathédrale.

Parvenu à l'âge de trente-sept ans, une nuit, Nicanor entendit une voix qui lui commandait de se retirer au mont Callistrate, sur la rive gauche de l'Aliakmon. dans la région de Grévéna, afin d'y trouver l'hésychia favorable à l'entretien avec Dieu. Après avoir distribué en hâte le reste de ses biens, il quitta Thessalonique et se mit en route, prêchant la Parole de Dieu par villes et villages. Il vécut quelque temps au village de Sarakina, où il accomplit maints miracles pour le soulagement des Chrétiens éprouvés. Mais, gêné par la bonne renommée, il se retira ensuite sur le mont Callistrate, dans une grotte haut perchée et difficile d'accès, où il put se livrer à un jeûne extrême et à la prière continuelle dont son âme éprise de Dieu était avide. Ne supportant pas ses progrès dans la contemplation, le diable fit subir mille épreuves au saint ascète, mais celui-ci en sortit vainqueur par le signe de la Croix et l'invocation du Nom du Christ. Et, après son décès, les démons détruisirent cette grotte, afin qu'un autre vaillant lutteur ne puisse en prendre possession.

Les exploits ascétiques et l'extrême pauvreté de Saint Nicanor ne purent rester inconnus, et il suscita l'admiration de Saint Denys de l'Olympe (cf. 23 janv.), qui dit un jour à ses disciples: « Voyez quel trésor se cache sous ces haillons! » Deux riches chrétiens, attirés par la réputation de Saint Nicanor, se rendirent au mont Callistrate pour lui demander de les recevoir comme disciples. L'homme de Dieu les accueillit avec déférence, mais leur reprocha d'avoir abandonné Saint Denys pour venir à lui. Leurs instances triomphèrent toutefois de ses résistances et il les revêtit de l'Habit monastique. D'autres disciples vinrent bientôt se joindre à eux et la communauté s'agrandit, de sorte que la construction d'un Monastère devenait nécessaire. Ils restaurèrent d'abord l'ancien petit monastère du Précurseur, qui se trouvait à proximité de la grotte. Une nuit, alors qu'il était en prière, le Saint entendit une voix lui ordonnant de se rendre au sommet de la montagne, où il trouva, cachée, une ancienne Icône du Sauveur. Se mettant lui-même aussitôt au travail avec les moines et les ouvriers, il bâtit là une église dédiée à la Transfiguration ainsi qu'un vaste Monastère1. Après quelques années, le monastère patriarcal et stavropégique2 de la Transfiguration (ou de Zaborda) avec ses dépendances, comptait plusieurs centaines de moines et l'emportait sur tous les autres monastères de la contrée. Saint Nicanor y brillait comme un astre lumineux, et des foules de Chrétiens venaient à lui: les uns pour devenir moines, les autres pour écouter son enseignement et prendre sa bénédiction ou pour être guéris de leurs maux. Chacun recevait ce qui lui était profitable, en proportion de sa foi et de son repentir.

Ayant accompli l'oeuvre qui lui avait été confiée par Dieu, trois jours avant de mourir, le Saint réunit tous ses moines et leur délivra son testament, dans lequel il leur recommanda de garder fidèlement les traditions des Saints Pères et le Typikon de Saint-Sabas; puis il les exhorta à persévérer dans la charité, l'émulation mutuelle et la correction fraternelle. Il leur prescrivit enfin que l'accès du Monastère reste interdit aux femmes et aux enfants, et que l'investiture d'un nouvel Higoumène se fasse en présence des supérieurs des monastères de la Transfiguration et de Barlaam. des Météores, et de celui de la skite du Précurseur de Bérée, fondée par Saint Denys, qui lui remettront son bâton pastoral. Après la célébration de la Transfiguration, le Saint accueillit tous les fidèles venus pour la fête, et dès qu'il rentra dans sa cellule il fut atteint d'une violente fièvre. Il s'endormit le troisième jour (1549), comme il lui avait été prédit, et fut enterré dans la chapelle du Précurseur, où ses Reliques devinrent une source de guérisons.

1. L'inscription de fondation porte la date de 1534 (ou plutôt 1514).
2. Depuis l'époque byzantine les fondateurs de Monastères prenaient souvent soin de les protéger des ingérences des autorités locales, civiles ou ecclésiastiques, en mettant leurs fondations sous la juridiction du Patriarche Œcuménique (monastère stavropégique).