Le 13 août, mémoire de la pieuse impératrice EUDOCIE, morte en paix.

Fille d'un célèbre philosophe dAthènes, Eudocie reçut une éducation soignée. Ayant demandé la protection de Pulchérie, la soeur de l'empereur Théodose II, elle fut reçue à la cour, où elle s'attira l'admiration de tous, tant par sa grâce que pour sa sagesse. Après avoir été baptisée par le Patriarche Saint Attique (cf. 8 janv.), elle épousa l'empereur Théodose (421), et fut ensuite proclamée Augusta. En 438, elle fit un pèlerinage à Jérusalem, sur les recommandations de Sainte Mélanie la Jeune (cf. 31 déc.), avec qui elle avait sympathisé à Constantinople et quelle considérait désormais comme sa mère spirituelle. Après avoir assisté à la dédicace de la première église de Saint-Étienne, célébrée par Saint Cyrille d'Alexandrie, suivie le lendemain par la consécration des autres sanctuaires du Mont des Oliviers, Eudocie ramena à la capitale des Reliques du Premier-Martyr. Quelques années après (442), l'impératrice, accusée à tort d'infidélité, fut exilée en Palestine où elle resta jusqu'à la fin de ses jours. Elle y fit construire plusieurs sanctuaires et encouragea le développement des pèlerinages. Nourrissant une grande admiration pour les moines, en particulier à l'égard de Saint Euthyme (cf. 20 janv.), elle se fit aussi construire à proximité de sa Laure une tour, nommée la "Tour d'Eudocie". Au cours des troubles qui suivirent le Concile de Chalcédoine et qui divisèrent les moines de Palestine au sujet de la canonicité de Saint Juvénal (cf. 2 juil.), Eudocie troublée envoya consulter Saint Syméon le Stylite, qui lui fit répondre: « Tu as là Euthyme le théophore. Suis ses enseignements et ses admonitions et sois sauvée! » S'en étant donc remise avec confiance à Saint Euthyme, elle regagna le parti orthodoxe et s'endormit en paix en 460. Son corps fut ensuite transféré dans l'église des Saints-Apôtres à Constantinople.