Le 9 juillet, mémoire de nos vénérables Pères DENYS le RHETEUR et METROPHANE de la PETITE-SAINTE-ANNE.

Sts Denys et MétrophaneSaint Denys s'étant adonné dès sa jeunesse à l'étude des saintes Lettres et des autres domaines du savoir, avait acquis une vaste connaissance qui lui valut le surnom de "Rhéteur" Mais, restant insatisfait de cette science "du dehors", il chercha à progresser dans la philosophie divine et, renonçant au monde, il devint moine à Constantinople, dans ce qui subsistait de la communauté du Studion(1) Après quelque temps, avide de mener une vie plus solitaire, il se retira sur la Sainte Montagne de l'Athos, dans un kellion dédié à la Sainte-Trinité, près de Karyès. Mais, même là, il ne lui fut pas possible de goûter au miel de l'hésychia, car sa renommée s'était vite répandue, et nombre de pèlerins et de moines venaient à lui pour se confesser ou recevoir un conseil spirituel. C'est pourquoi il partit pour la skite de Sainte-Anne, alors appelée "Skite de Lavra", où vivaient quelques ascètes dans une grande austérité. Sts Denys et MétrophaneAccompagné de son disciple Métrophne, Saint Denys installa sa palestre spirituelle dans une grotte située à peu de distance de la skite, endroit qui prit ensuite le nom de "Petite-Sainte-Anne". Ils purent y persévérer à loisir dans le silence, s'élevant chaque jour spirituellement, de gloire en gloire, par la prière continuelle. Ils devinrent ainsi des vases d'élection de la grâce et goûtèrent aux prémices de la vie éternelle. À la demande des habitants de la région, Saint Métrophane (ci-contre), qui avait été aussi ordonné Prêtre, sortit de la Sainte Montagne et parcourut les villages pour confesser et exhorter les Chrétiens à l'observation des commandements de Dieu. Après son retour dans leur ermitage, Saint Denys remit paisiblement son âme à Dieu, le 9 juillet 1606, afin de jouir de la vision de sa Face, en compagnie de tous les Saints, et Saint Métrophane alla bientôt le rejoindre. L'endroit où se trouvent leurs Reliques est cependant resté inconnu.

1). Après la prise de la Ville par les Turcs, l'église de ce célèbre monastère avait été transformée en mosquée — et il n'en subsiste plus aujourd'hui que des ruines —, mais il est possible que la communauté ait continué de fonctionner ailleurs. Vers la fin du XVIe s., un autre orateur grec, Damascène, devenu ensuite Evêque de Rédina, est également nommé "Studite", comme St Denys.