Le 21 juillet, mémoire du Saint Martyr VICTOR de MARSEILLE.

Ce victorieux athlète du Christ naquit d'une famille noble de la ville de Marseille, dans le courant du IIIe siècle. Engagé dans le métier des armes, il servait l'empereur avec vaillance et loyauté. Mais quand Maximien vint en visite à Marseille (vers 388), dans le but de persécuter les Chrétiens, au lieu de cacher sa foi, il refusa de recevoir sa solde et se mit à encourager ses compagnons d'armes, Chrétiens comme lui, à ne pas craindre ceux qui tuent le corps, pour être jugés dignes des trophées célestes. Jour et nuit, il se rendait de maison en maison, pour exhorter les fidèles au combat de la foi, et il accompagnait les Martyrs jusqu'au lieu de leur supplice. Arrêté à son tour, il fut conduit, chargé de chaînes, devant l'empereur. Restant inébranlable devant les menaces comme à l'égard des promesses frauduleuses du tyran, il confondit la vanité du culte des idoles en proclamant le Christ seul vrai Dieu. L' empereur le fit traîner par les rues, et le livra aux coups et aux injures de la populace. Mais, à l'issue de cette épreuve, le Saint en proclama de plus belle sa foi. Étendu ensuite sur un chevalet pour qu'on lui lacère les chairs, le Seigneur lui apparut, tenant en main la Croix, et Il lui promit une couronne immortelle. La nuit suivante, trois Anges étant apparus dans son cachot, ses gardiens: Alexandre, Longin et Félicien, frappés de ce spectacle resplendissant, se convertirent. Ils reçurent le Saint Baptême et moururent Martyrs avant leur maître.

Trois jours plus tard, Saint Victor comparut de nouveau au tribunal, et il renversa d'un coup de pied une statue de Jupiter que le tyran voulait lui faire adorer. Furieux, Maximien lui fit couper le pied, puis ordonna de placer le Saint sous une meule de moulin, afin d'être broyé comme froment du Christ. Mais l'instrument de mort se brisa, et on dut achever le soldat du Christ en lui tranchant la tête. Lorsque le glaive le frappa, une voix céleste se fit entendre: « Victor, tu as vaincu! ». Les corps des Saints Martyrs, jetés à la mer, furent retrouvés par des Chrétiens et ensevelis dans une crypte taillée dans la pierre(1) Par la suite, les nombreux Miracles accomplis par Saint Victor le firent honorer comme patron de la ville de Marseille.

1). Vers 415, St Jean Cassien fonda, non loin de la cité, un monastère dédié à St Victor, qui contribua à répandre le culte du Martyr et devint un centre de diffusion du monachisme en Gaule. À la suite de fouilles archéologiques entreprises dans cette abbaye en 1963, on découvrit, dans une crypte correspondant aux données de la Passion, les corps de trois Martyrs, dont l'un d'eux semble être celui de St Victor.