Le 2 mai mémoire de Saint BORIS-MICHEL, Tsar de BULGARIE

Né et élevé dans le paganisme, le glorieux prince Boris fut instruit dans la foi chrétienne grâce à l'influence de sa soeur et d'un de ses oncles, Enrabot (Boïan), qui souffrit le martyre lors de la persécution déclenchée par son prédécesseur Malomir. Le prince s'était d'abord tourné vers les missionnaires latins, à l'occasion d'une alliance militaire avec les Francs contre le roi de Moravie*; mais, prenant conscience de la prééminence religieuse et culturelle de Byzance, il demanda à l'empereur Michel III à recevoir le baptême des Byzantins, lui et tout son peuple. Il fut baptisé de manière très solennelle, en 864, par un Evêque venu spécialement de Byzance , et reçut le nom de son parrain, l'empereur Michel. A sa suite une grande partie du peuple, boïars et gens de toutes les classes, se convertirent en masse. Le Patriarche de Constantinople, Saint Photios (cf. 6 fév.), envoya ensuite des Prêtres missionnaires, en particulier les cinq disciples des Saints Cyrille et Méthode : Clément, Nahum, Angelaire, Gorazd et Sabas, appelés les "Cinq d'Ochrid"**, qui prêchèrent la foi dans la langue slave et progressivement baptisèrent le reste du peuple, de telle sorte que bientôt, grâce au soutien du tsar, la terre de Bulgarie fut couverte d'églises où l'on chantait en langue slave la louange de Dieu. Boris s'efforça d'organiser sa jeune Eglise selon le modèle de l'Eglise byzantine, mais il nourrissait l'espoir d'obtenir son autonomie. Après quelques péripéties dans ses relations avec Rome d'une part et Byzance d'autre part, il fit installer à Preslava un Archevêque venu de Constantinople, assisté de dix Evêques (870), afin de diriger la jeune Eglise.

En 888, il renonça au trône et se retira dans un Monastère. Mais quand son fils Vladimir (888-893) entreprit de détruire l'oeuvre de son père en encourageant la restauration du paganisme, Michel quitta la bure pour revêtir l'habit militaire. Il chassa Vladimir du trône et y installa son fils cadet Syméon. Puis, ayant rétabli l'ordre, il reprit l'habit monastique et passa le reste de ses jours dans l'ascèse, le silence et la prière. Il s'endormit en paix le 2 mai 907.

* Cf. la notice de Sts. Cyrille et Méthode, le 11 mai.
** Cf. leur notice au 27 juillet, et celle du 11 mai.